Japon-Alsace : une histoire d’amour qui dure

AJA 亜細亜

Japon-Alsace : une histoire d’amour qui dure

2 juin 2018 culture 0
Vue du Mont Fuji au-dessus des nuages

 


Japonais et alsaciens entretiennent aujourd’hui des liens étroits. Événements culturels, partenariats commerciaux, échanges scolaires… Une relation amicale, professionnelle, de curiosité et respect mutuel, qui prend ses racines il y a deux siècles de cela.

Le Japon s’ouvre alors à l’occident, poussé par les États-Unis et développe ses relations à travers le monde. En Europe, plus particulièrement en France, ce premier contact passera alors par l’Alsace.

Milieu du XIXème siècle : le Japon s’invite en Alsace

Vue de Colmar et ses canaux


Le Japon qui accélère son développement et cherche à s’industrialiser s’intéresse de près aux techniques de travail des occidentaux. L’Alsace et sa puissante industrie liée aux tissus et étoffes, attire particulièrement l’attention des commerçants de l’archipel.

Les premières rencontres laisseront vite place à de très importants échanges commerciaux. Échanges qui permettront d’accroître d’un côté l’intérêt des alsaciens pour cette contrée d’extrême-orient, et de l’autre de piquer la curiosité des japonais pour cette région pittoresque à leurs yeux.

L’Alsace, va alors devenir un véritable point d’entrée pour tous les japonais, et aux nombreux commerçants s’ajouteront bientôt des étudiants, artistes et autres intellectuels.

Une relation durable, poussée par les échanges économiques

Ancien Lycée seijo de Kintzheim au milieu des vignes


À partir de 1982, un comité haut-rhinois installe un bureau de conseillers à Tokyo. Un moment fort dans l’histoire entre ces deux régions.

Cet événement clé va amener à l’installation massive de grandes entreprises japonaises en Alsace : Sony à Ribeauvillé, Ricoh à Wettolsheim, Sharp à Soultz…
Un formidable boost pour l’économie locale qui, de fil en aiguille, va déclencher le développement de diverses structures liées aux Japon.

On observe par exemple la création du département de japonais de l’Université de Strasbourg, toujours actif et accueillant un nombre croissant d’étudiants encore aujourd’hui. Mais aussi l’ouverture du Lycée Seijo (fermé en 2005) de Kintzheim près de Colmar pour accueillir les enfants du personnel japonais installé dans la région.

L’amitié entre l’Alsace et le Japon n’est pas prête de cesser

branche avec fleurs de cerisier


Aujourd’hui, en dehors des établissements scolaires mettant en avant des enseignements du japonais et de son histoire, on trouve un grand nombre de structures et autres associations qui promeuvent cette amitié et aidant à la découverte de la culture japonaise.

L’Association Japon Alsace en fait partie, avec une équipe franco-japonaise qui partage son amour de la culture japonaise au travers de cours de japonais, ateliers calligraphie, cuisine ou salons de discussion.

Le plus académique Centre Européen d’Études Japonaises d’Alsace (CEEJA) de Kientzheim, est quant à lui une institution dont l’objectif est de poursuivre le développement des relations franco-japonaise.

On trouve aussi bien évidemment le consulat japonais, installé à Strasbourg, l’Association Amitié Strasbourg-Japon, le Jardin Japonais, l’Association « Échanges Culturels Europe-Japon » et bien d’autres encore…

 

Avec autant d’acteurs qui défendent ce lien unique entre les deux régions, si éloignées, mais étroitement liées, les relations franco-japonaises ont assurément, encore de beaux jours devant elles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *